La mise en bouteilles au Mont d’Oraàs

Ce 2 septembre au Domaine avait lieu la mise en bouteille qui reste une opération traumatisante pour les vins rouges de Mont d’Oraàs. Nos cuvées Les Cluques, Hountas et Villa Bys devront suivre un repos forcé plus ou moins long pour retrouver toutes leurs qualités et être dégustées à leurs juste valeurs.

Alexandre-Julien

La préparation,

Comme tout vignerons lors des premières dégustations précédant la mise en bouteille, nous prenons nos précautions en l’annonçant à nos dégustateurs, en les mettant en garde qu’il n’est pas encore dans son état normal. Effectivement, le vin subit un choc transitoire qui peut être traumatisant lors de l’embouteillage. Nombreux vignerons appellent ça la “maladie de la bouteille”.  C’est une période où les vins sont loin d’être à leurs avantages et se goûtent souvent mal. Heureusement, cette “incommodité” reste passagère, les vins du domaine Mont d’Oraàs retrouvent l’essentiel de leurs qualités après quelques semaines de repos complet.

Notre petit domaine de 5 hectares malgré toute les technologies mises en place pour produire un grand vin, ne possède pas de chaine d’embouteillage. Quand vient la mise en bouteille, le Mont d’Oraàs fait donc appel à un prestataire de service qui intervient avec leur matériel sur le domaine. Ceci reste la dernière étape avant la vente de nos nouveaux millésimes. Il est toujours primordial de réaliser l’opération les jours anticycloniques, car la mise en bouteilles un jour de forte dépression, peut faire perdre les arômes au jus en se dégazant.

C’est après l’élevage, lorsque notre régisseur estime que son vin est prêt, que nous procédons à la mise en bouteille. Nos vins sont élevés entre 12et 24 mois avant la mise en bouteille, une partie en barriques de chêne, l’autre en cuves.  

Le déroulement,

Après avoir été rincées à l’eau stérile, les bouteilles vides arrivent sur la ligne d’embouteillage. Elles sont ensuite imbibées avec de l’azote, un gaz neutre, pour chasser l’air et protéger le vin contre l’oxygénation. De son côté, le vin préalablement préparé c’est à dire stabilisé et filtré arrive par le haut de la tireuse et s’écoule par gravité dans les bouteilles via les becs de la machine pour éviter toute aspiration. Ces derniers assurent un remplissage avec un volume et un niveau constants de vin dans les bouteilles. Dans la foulée, elles sont bouchées sous vide, capsulées, étiquetées et encartonnées. Elles seront commercialisées qu’après deux mois au minimum pour permettre au vin de se remettre du “choc” de l’opération et de retrouver toutes ses qualités.